Actualité entreprise dirigeant

Développement des start-up : la croissance externe de plus en plus populaire

, par Pierre Tourtois

Deloitte a publié les résultats de son baromètre “L’humeur des dirigeants du Technology Fast 50”, en partenariat avec Le Figaro et Harris Interactive. L’optimisme est de rigueur.

Pour cette quatrième édition, 127 dirigeants d’entreprises high-tech en forte croissance ont été sondés sur la manière dont ils perçoivent l’avenir de leur secteur. Premier enseignement : les patrons du Fast 50 sont particulièrement optimistes, “90 % concernant leur secteur et 92 % concernant leur entreprise”. Logiquement, 85 % des dirigeants affirment que leur entreprise va embaucher dans les 6 prochains mois, dont 63 % qui vont recruter plus de 4 salariés… Soit une augmentation de 10 points par rapport à 2015.

Une confiance qui va favoriser les investissements

Si 9 dirigeants sur 10 se disent attentifs (91 %) voire très attentifs (51 %) concernant les résultats de l’élection présidentielle, l’heure n’est pas à l’attentisme. Ainsi, 39 % d’entre eux font de la croissance externe un vecteur de développement, soit 17 points de plus qu’en 2015. Toutefois, si la croissance organique diminue -de 57 % à 2015 à 49 % en 2017-, elle reste le modèle le plus répandu. Et à l’inverse, la seule croissance externe reste marginale avec 2 %.

Pour Deloitte, la croissance externe est un levier puissant

Nos entreprises championnes de la croissance ont les bonnes recettes ! Les observer peut être inspirant pour d’autres ; et le principal constat que nous faisons cette année, c’est qu’elles envisagent de plus en plus la croissance externe en complément de la croissance organique. La croissance externe, même pour de jeunes entreprises, est indéniablement un accélérateur du développement, à condition de pouvoir maîtriser toutes les étapes de l’intégration”, analyse Ariane Bucaille, associée responsable TMT chez Deloitte.

Pierre Tourtois


Sur le même thème