Actualité entreprise Format WEB - 2019-09-23T145045.211

L’APM veut s’ouvrir à plus de profils

, par Camille Boulate

Lors de sa 22e convention, qui s’est tenue les 19 et 20 septembre à Annecy, l’Association pour le progrès du management (APM) a annoncé plusieurs axes stratégiques pour les années à venir. Parmi eux, l’ouverture à plus de profils de dirigeants afin de toujours favoriser l’échange d’expérience.

 

Pendant deux jours, 5 300 dirigeants se sont retrouvés sur les bords du lac d’Annecy afin de participer à des ateliers thématiques et échanger sur leurs expériences respectives. Lors de la conférence de clôture, Stanislas Desjonquères, président de l’APM depuis un peu plus d’un an, a annoncé les différents axes stratégiques pour les années à venir. Parmi les virages que compte prendre l’Association pour le progrès du management, figure la volonté de s’ouvrir à plus de profils et notamment aux jeunes entrepreneurs. “Quand un dirigeant intègre l’APM, c’est pour être moins seul, se former, grandir et échanger grâce à des ateliers et des conférences thématiques”, insiste Stanislas Desjonquères.

 

Faire évoluer les critères

En ce sens, l’APM entend faire évoluer les critères d’adhésion afin d’accueillir davantage d’entrepreneurs. Jusqu’à maintenant, pour intégrer l’un des clubs APM en France, il fallait être numéro 1 d’une entreprise d’au moins 10 salariés. Des critères qui n’ont plus forcément lieu d’être aujourd’hui pour les dirigeants de l’APM. “Cette jauge de 10 salariés était notre règle historique mais maintenant on parle davantage d’entrepreneur que de dirigeant, notamment avec tout l’état d’esprit que cela implique (prise de risque, etc.), détaille Béatrice Castaing de Longueville, directrice générale de l’APM. Ainsi, dès 2020, nous allons amorcer une réflexion afin de faire évoluer les critères d’adhésion.” L’objectif est simple : permettre aux différents clubs APM d’accueillir des jeunes entrepreneurs, quelle que soit la taille de leur entreprise. “Nous avons déjà des exemples et à chaque fois c’est une réussite, tant pour l’entrepreneur qui progresse plus vite, que pour les dirigeants du club qui enrichissent leur vision stratégique et managériale”, précise Béatrice Castaing de Longueville.

 

Philosophie

Si les nouveaux critères d’adhésion sont en cours d’élaboration, les dirigeants de l’APM insistent toutefois sur le fait que, ce qui restera primordial, sera de coller aux valeurs de l’association. “Il y a un principe de cooptation par les clubs, rappelle Stanislas Desjonquères. Nous pouvons avoir, sur le papier, un profil qui est éligible parce qu’il dirige une boîte de 500 personnes mais qui ne colle pas à nos valeurs, que sont l’échange, le partage d’expérience et l’envie de progresser avant tout.” Pour faciliter cette évolution, Béatrice Castaing de Longueville précise que des clubs de jeunes entrepreneurs vont être créés “afin que ces derniers nous disent ce que nous pouvons faire différemment pour qu’ils aient envie de venir chez nous. Autrement dit, on va leur demander de nous déstabiliser, de nous digitaliser et de nous enrichir avec leur expérience afin que nous progressions nous aussi”, détaille la directrice générale de l’APM.

Avatar

Camille Boulate


Sur le même thème