Actualité entreprise format web (1)

L’entrepreneuriat féminin, toujours en progression

, par Camille Boulate

D’après la dernière étude du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) – observatoire de l’entrepreneuriat dans le monde – la création d’entreprises par les femmes est en progression de 10 % depuis 2014.

 

Les femmes osent de plus en plus se lancer dans la création d’entreprise. Selon la 18e édition du rapport GEM publiée en septembre, dans 63 des 74 pays étudiés, le taux d’activité entrepreneuriale a progressé de 10 %. “Ce constat illustre non seulement l’importance des femmes entrepreneurs dans le monde et met également en évidence leur contribution à la croissance et au bien-être social”, indique Donna Kelley, professeur au Babson Collège (à l’origine du GEM avec la London Business School) et co-auteur du rapport.

 

En Europe, la part des femmes entrepreneurs encore faible

Bien évidemment, le taux d’activité entrepreneurial (TEA) varie de manière significative d’un pays à l’autre*. Ainsi, en Allemagne, en Jordanie, en Italie ou encore en France le TEA s’élève à 3 % quand au Sénégal il atteint 37 %. Malgré un TEA féminin plutôt faible, l’Europe se distingue par le nombre de femmes entrepreneurs diplômées supérieur à celui des hommes, avec une moyenne de 22 %. “Alors que les femmes sont moins susceptibles de créer une entreprise en Europe que dans les économies moins développées, on note une augmentation de l’ordre de 10 % du nombre de femmes européennes estimant qu’il existe aujourd’hui de réelles opportunités de créer une entreprise”, indique l’étude.

 

*Le rapport du GEM segmente les économies en cinq groupes en fonction de leur niveau de développement (sur la base de critères définis par la World Economic Forum) et six zones géographiques (Pacifique-Asie du Sud-Asie du Sud Est, Europe et Asie Centrale, Amérique latine et Caraïbes, Moyen-Orient et Afrique du Nord, Amérique du Nord, Afrique Subsaharienne).

gplus-profile-picture

Camille Boulate


Sur le même thème