Création d'entreprise entreprendre

Comment savoir si je suis fait pour devenir patron ?

, par La Rédaction

C’est décidé, je me lance. J’ai annoncé à mes amis mon projet. Évidemment les retours entre “C’est génial” ou “T’es fou” m’ébranlent un peu. Pourtant j’avais bien l’impression de tout avoir préparé mentalement, mais il est surprenant de voir à quel point une réflexion à peine aboutie peut remettre en cause un projet qui me semblait si profondément enraciné en moi. Thierry Etoc, président d’Actrans Conseil et consultant associé de Capfi Associés.

Depuis longtemps je rêve d’être autonome et de ne plus dépendre d’une structure. Je suis certain d’avoir de grandes qualités professionnelles et frustré que cet avis ne soit pas partagé par ma hiérarchie. Plus que l’envie, c’est la décision qui s’impose à moi.

 

L’entreprise : une œuvre collective

Mon projet correspond à ce métier pour lequel même mes pires ennemis me reconnaissent du talent. Je découvre la force de la légitimité professionnelle. La bonne maîtrise de son métier est déterminante, il est illusoire d’envisager de le découvrir progressivement.
Je comprends également que cela n’est pas suffisant, encore faut-il que cette idée soit partagée par le plus grand nombre. En fait, je sais maintenant qu’avoir de bonnes idées c’est bien, mais il faut aussi savoir les “vendre” aux autres, et qu’elles soient achetées.
Dans cette perspective, un entrepreneur est obligatoirement un bon communicant, avec ses équipes, ses clients, ses fournisseurs, ses partenaires et son environnement en général. S’il ressent parfois et souvent la solitude, jamais il ne construit seul. C’est toujours le résultat d’une œuvre collective. Avant de lancer mon entreprise, il faudra également travailler mes faiblesses.

> Je ne suis pas visionnaire
Si tous les entrepreneurs exigeants qui ont réussi le sont, alors nous vivons dans un monde de génies. Or, nous savons tous que ce n’est pas le cas. Un entrepreneur est une personne normale. Un jour elle a sauté le pas, elle a démarré son activité sur des éléments favorables et continué avec persévérance pour réussir à atteindre ses objectifs. Il faut couper court à la rumeur qui dit que les entrepreneurs sont des êtres exceptionnels, hors normes.

> Je n’aime pas le risque
Heureusement, les amoureux du risque jouent à la loterie. C’est d’ailleurs dans la maîtrise et le travail autour de ce risque, que l’on trouve parfois des solutions innovantes et alternatives à ce qui existe. Même si le risque est inhérent à toute activité entrepreneuriale, je ne connais pas d’entrepreneurs sérieux qui apprécient le risque pour le risque.

> Je ne suis pas expert en étude de marché
Cela tombe bien si ce n’est pas votre métier, et bien souvent l’étude de marché ne correspond qu’à des références de marchés existants, et réduit totalement les innovations et démarches nouvelles. Il faut beaucoup de bon sens pratique, plutôt qu’une étude de marché qui risque surtout de brider vos innovations.

> Je n’ai pas d’argent
De combien avez-vous besoin ? Si vous savez répondre très précisément à cette question en justifiant le montant, un grand pas est fait. L’argent existe, il y en a beaucoup de disponible. En revanche cet argent ne se trouve que pour les bons projets, bien vendus. Je ne connais pas de porteurs de capitaux (banques, fonds, capitaux risques,…) qui ne soient pas prêts à faire une bonne affaire. C’est même leur métier. La qualité du projet reste donc essentielle, ainsi que sa présentation,
Si vous ne devez retenir qu’une idée, retenez celle-là : il n’y a pas de bons ou de mauvais projets, il n’y a que des projets bien réalisés et des projets négligés. La qualité de réalisation est dans tous les cas essentielle. Il vaut infiniment mieux un projet très bien réalisé sur un marché très dégradé et sans intérêt, qu’une idée lumineuse sur un marché excessivement porteur, mais mal réalisée. Je parie sur celui qui perdure sans hésiter.

 

 

Par Thierry Etoc, président d’Actrans Conseil et consultant associé de Capfi Associés.

Thierry Etoc

 

 

 

Pour savoir quelles sont vos aptitudes naturelles en la matière :

http://test.talents-competences.com/accueil/

La Rédaction


Sur le même thème


Vos réactions (4)

  1. Suis-je fais pour devenir patron ? – ANAM Network, le

    […] Comment savoir si je suis fait pour devenir patron ? […]

  2. Comment savoir si je suis fait pour devenir pat…, le

    […] C’est décidé, je me lance. J’ai annoncé à mes amis mon projet. Évidemment les retours entre “C’est génial” ou “T’es fou” m’ébranlent un peu. Pourtant j’avais bien l’impression de tout avoir préparé mentalement, mais il est surprenant de voir à quel point une réflexion à peine aboutie peut remettre en cause un projet qui me semblait si profondément enraciné en moi. Thierry Etoc, président d’Actrans Conseil et consultant associé de Capfi Associés…  […]

  3. Comment savoir si je suis fait pour devenir pat…, le

    […] Comment savoir si je suis fait pour devenir patron ? – Nouvel Entrepreneur https://t.co/r5EGM3vgqv  […]

  4. Comment savoir si je suis fait pour devenir patron ?, le

    […] Source: nouvelentrepreneur.fr […]

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires