Création d'entreprise Faustine Zanetta Monti, fondatrice de Al Di Sopra.

Faustine Zanetta Monti, fondatrice de Al Di Sopra.

Créatrice d’avenir : “cela m’a permis d’être considérée aussi comme une entrepreneure”

, par Julie Tadduni

Faustine Zanetta Monti, fondatrice de la société de production audiovisuelle Al Di Sopra, est Lauréate 2014 du concours Créatrices d’Avenir. Elle a remporté le Prix spécial du Jury, qui récompense une femme dont le projet est emblématique de la créatrice d’entreprise francilienne d’aujourd’hui. Le point un an après sa distribution.

 

Quel a été votre parcours ?

J’ai passé un baccalauréat en candidat libre via le Cned, puis je me suis dirigée, un peu par hasard au départ, vers un BTS de production audiovisuelle. De là est née une vraie passion pour ce métier. J’ai passé deux ans en alternance dans une société de production. Je me suis rendu compte que j’étais plus attirée par le documentaire donc j’ai décidé de créer ma propre entreprise à 22 ans.

 

Vous avez remporté le Prix Créatrices d’Avenir en 2014. Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

D’abord, cela m’a fait plaisir que l’on mette en avant un métier qui est souvent dans l’ombre car en général, on valorise plus les réalisateurs. J’ai trouvé ça génial. J’ai par la suite reçu beaucoup de messages de soutien et d’encouragement de la part d’inconnus. Cela permet de sortir de la solitude du chef d’entreprise. En plus, la somme d’argent qui m’a été attribuée via cette récompense nous a donné l’opportunité d’investir dans du matériel ce qui a accéléré sensiblement notre développement.

 

Cela vous a-t-il ouvert des portes ?

J’aurais tendance à dire que oui. Dans notre profession, nous avons tendance à plus communiquer sur les projets que nous menons, les films, et moins sur l’entreprise. Nous avons donc souvent plus une image d’artistes, de trublions. Ce concours me permet d’être enfin considérée comme entrepreneure et artiste, et non uniquement comme une artiste.

 

Comptez-vous participer à d’autres concours ?

Peut-être mais il ne faut pas en faire pour en faire, il faut qu’il y ait une vraie démarche derrière. J’ai également été lauréate du Prix Moovjee qui récompense de jeunes entrepreneurs. Or, l’entrepreneuriat chez les jeunes et chez les femmes sont des causes qui me touchent. Pour participer à un concours il faut que je trouve qu’il ait du sens. C’était d’autant plus fort pour moi que cela mobilise la cause des femmes productrices.

Prix Créatrices d’avenir 2015 :

Le concours est ouvert à toutes les femmes dirigeantes :
– ayant créé, repris ou développé une entreprise en Île-de-France et dont les statuts ont été déposés le 30 juillet 2015 au plus tard ;
– qui détiennent, à elles seules ou avec d’autres femmes, plus de 50 % des parts.
Les inscriptions auront lieu jusqu’au 30 octobre.
Informations : www.creatricesdavenir.com.

gplus-profile-picture

Julie Tadduni
Journaliste Web et community manager pour Le Nouvel Entrepreneur


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires