Création d'entreprise reprise-entreprise

Les 6 conseils de l’AFE pour réussir votre projet de reprise

, par La Rédaction

Vous avez l’envie d’entreprendre et la reprise d’une entreprise existante vous tente ? C’est judicieux car cela présente un certain nombre d’avantages non négligeables. Mais il ne faut pas pour autant occulter certaines difficultés. Suivez les conseils de l’AFE !

 

Les avantages de la reprise par rapport à la création d’une nouvelle entreprise sont nombreux : vous héritez d’une clientèle, d’une notoriété, d’une équipe existante et formée, d’un outil productif opérationnel et d’un réseau bien établi de fournisseurs, prestataires et partenaires. Vous pourrez ainsi vous concentrer sur le développement de l’activité et la mobilisation des équipes autour de votre projet. Côté financement, il vous sera plus facile à décrocher un prêt bancaire, car les banquiers pourront s’appuyer sur les états financiers passés de l’entreprise. Par ailleurs, vous bénéficierez immédiatement d’un revenu généré par l’activité de l’entreprise. C’est rarement le cas dans le cas d’une création !

La reprise d’entreprise ne s’improvise pas

Mais ces avantages ne doivent pas pour autant masquer les difficultés à la fois techniques et humaines liées à ce type de projet. Trouver la bonne entreprise, convaincre le cédant que vous êtes l’homme ou la femme de la situation, mener des négociations fructueuses puis prendre les rênes de cette entreprise que nous n’avez ni créée, ni organisée… ça ne s’improvise pas ! Pour vous donner les meilleures chances de succès, suivez ces six conseils de bon sens :

1) Soyez d’abord au clair avec vous-même. Décider de se lancer dans un projet de reprise ne se résume pas à acheter une entreprise et à la développer. C’est aussi choisir un mode de vie nouveau qui doit être cohérent avec vos objectifs personnels, vos contraintes familiales, votre personnalité et vos aspirations profondes. La réussite de votre projet en dépend !
Ne négligez donc pas cette première étape qui consiste à vérifier que ce projet de reprise correspond bien à vos aspirations et à faire le point sur vos atouts, vos contraintes personnelles, votre expérience et vos compétences. Vous pourrez à cette occasion décider de suivre une formation au métier de chef d’entreprise, en lien ou non avec l’activité que vous souhaitez exercer, ou une formation au processus de reprise afin de monter en compétences et vous créer un réseau de connaissances.

2) Ciblez précisément le type d’entreprise que vous souhaitez reprendre, en termes de taille, d’activité, de fourchette de prix, de potentialités, de localisation. Vérifiez bien la cohérence de vos critères de recherche avec votre capacité d’investissement. Vous gagnerez en crédibilité et en temps pendant la phase de recherche et de sélection des entreprises à reprendre. Et, en fonction de votre situation, pourquoi ne pas reprendre l’affaire familiale ou l’affaire de votre patron ?

3) Tentez des candidatures spontanées. Si vous avez une idée claire de ce que vous cherchez et si vous connaissez parfaitement le secteur dans lequel vous souhaitez vous établir, identifiez les entreprises qui correspondent à votre recherche. Vous pourrez leur adresser un courrier présentant votre projet et proposant un rendez-vous soit directement, soit via un réseau d’accompagnement (CCI, CMA, CRA…) ou un conseil spécialisé (expert-comptable, avocat, notaire…).

 

Ne restez pas seul

4) Donnez-vous une image d’entrepreneur motivé et fiable. Vous devez être capable d’expliquer en quelques minutes votre projet de reprise à un intermédiaire et mettre un cédant potentiel en confiance. Pour cela, agissez avec méthode en suivant, étape par étape, les conseils de l’AFE et du réseau Transmettre et Reprendre (*). N’hésitez pas à vous inscrire à l’une des bases de repreneurs existantes. Les formulaires d’inscription à ces bases constituent généralement un excellent guide pour préparer vos entretiens.

5) Lorsque vous aurez trouvé une entreprise, établissez un prédiagnostic pour identifier rapidement tout ce qui pourrait bloquer l’opération de reprise et ainsi éviter de perdre du temps. L’AFE met gratuitement à votre disposition un outil (Prédiagentreprise) qui vous permettra de vous poser toutes les bonnes questions sur cette entreprise, le positionnement de son offre, sa clientèle, son marché, ses fournisseurs et sous-traitants, ses ressources (collaborateurs, locaux, matériel…), ses performances, l’environnement juridique et réglementaire, etc. À découvrir sur afetransmission.fr !

6) Et pour mener à bien votre projet, ne restez pas seul ! C’est sans doute le conseil le plus important à vous donner. Sollicitez le soutien de réseaux d’accompagnement publics, parapublics ou privés qui vous informeront et vous orienteront dans toutes vos démarches et recherches de financements et d’aides financières. Vous les identifierez facilement sur www.afetransmission.fr. Par ailleurs, pour réussir votre reprise, vous devrez vous entourer d’une équipe de conseils et d’experts spécialisés (expert-comptable, avocat, notaire….) Leurs connaissances précises dans de nombreux domaines (administratif, juridique, patrimonial, social, fiscal, financier) sécuriseront votre projet. Ces réseaux et experts peuvent également vous aider à détecter des potentiels cédants.

 

(*) Ce réseau a été créé en mars 2015 par l’Agence France Entrepreneur (AFE), l’Assemblée permanente des chambres de métiers et de l’artisanat (APCMA), Bpifrance, CCI Entreprendre en France, le Conseil national des barreaux (CNB), le Conseil supérieur du notariat (CSN) et le Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables (CSOEC) pour favoriser la transmission et la reprise d’entreprises en France.

La Rédaction


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires