Création d'entreprise Idée

Trouver l’idée qui rendra votre entreprise unique

, par La Rédaction

Vous êtes bien décidés à créer votre entreprise, mais à ce stade, vous n’avez pas encore l’idée qui vous permettra de vous démarquer face aux concurrents. Plusieurs sources d’inspirations peuvent booster votre créativité. La clé, observer et rester à l’écoute de son environnement.

 

C’est bien connu, créer son entreprise est loin d’être un long fleuve tranquille. Des factures tardent à être honorées, un client vous tourne le dos, un nouveau concurrent s’attaque à votre pré-carré. Du réveil au coucher, une foule d’appréhensions trotteront dans un coin de votre tête. Pour être certain de tenir la distance et de rester motivé malgré les coups durs, vous devez prendre soin de vous lancer dans une activité qui correspondra à vos envies et surtout dans laquelle vous serez susceptible de vous épanouir.

“Il ne faut pas choisir un secteur d’activité par défaut ou seulement car il est porteur. Pour que l’entreprise se développe correctement, elle doit être en adéquation avec la personnalité de son fondateur. Celui-ci doit être réellement convaincu par son projet de création et être prêt à s’y investir à 100 %. La réussite repose sur sa détermination et persévérance et l’engagement”, estime Catherine Froehly, directrice générale adjointe de BGE.

Si nombre de néo-entrepreneurs préfèrent, afin de limiter la prise de risque, s’aventurer en terrain connu et capitaliser sur leur expertise métier, d’autres profitent de ce nouveau départ pour transformer une passion pour la cuisine ou la décoration en activité professionnelle. Mais gare au gap entre l’ambition de votre projet et vos compétences. Il en va de votre crédibilité. En matière d’entrepreunariat, l’amateurisme n’a pas sa place. “C’est toujours plus rassurant de créer une boîte dans un secteur dont on maîtrise les ficelles. Un ancien pilote d’avion qui décide de se reconvertir sur le marché de la planche à voile ne sera pas naturellement reconnu dans cet univers professionnel. S’il se lance de but en blanc, il aura du mal à attirer les clients et à convaincre les investisseurs”, prévient Nicolas Beaudouin, directeur du développement de KPMG Paris et Centre. Avant de mettre en route votre activité, il est nécessaire de prendre le temps d’acquérir les compétences et les codes du milieu à apprivoiser, ce qui sera plus facile en développant un réseau en son sein.

 

Rester à l’écoute de son environnement

Une fois déniché le secteur d’activité dans lequel vous êtes prêt à vous fondre, il restera encore une étape cruciale : trouver l’idée de produits ou de services qui permettra à votre entreprise de se démarquer sur le marché. Si vous manquez d’inspiration, quelques pistes vous aideront à booster votre créativité. La première d’entre elles, et la plus évidente, consiste à observer son environnement et à faire preuve de curiosité. Votre challenge ? Détecter dans votre vie quotidienne des besoins qui ne sont pas satisfaits pleinement, puis réfléchir à des solutions pour y répondre. C’est ainsi qu’est né YesPark en 2014. “Quand je suis allé voir un ami en région parisienne, je me suis rendu compte que j’avais des difficultés à me garer alors que des places étaient vacantes dans les parkings privés. Avec mon associé, nous avons conçu une application qui simplifie la location de places de stationnement grâce à géolocalisation. À partir de son smartphone, l’utilisateur peut louer sans engagement la place qui lui convient à partir de photos, de critères géographiques ou de prix. Ils sont 30 % plus bas qu’avec une offre traditionnelle. On ne demande pas non plus de caution”, raconte Thibault Chary, co-fondateur de YesPark, qui référence 10 000 places dans 300 communes.
Si vous partez en voyage à l’étranger, il est aussi possible de revenir de son séjour avec une belle idée de création dans sa valise. Bon nombre de start-ups françaises, notamment de la Food-Tech, se sont inspirées des succès de leurs cousines américaines en les adaptant à la culture hexagonale. Nos applications adorées de livraison de petits plats faits maison viennent tout droit de la Silicon Valley. “En important les concepts qui ont fait leurs preuves dans des pays à la pointe de leur secteur, les entrepreneurs prennent un coup d’avance sur le marché et anticipent les modes de consommation de demain”, indique Nicolas Beaudouin. Grâce à cette idée originale en France, vous réussirez à vous différencier de vos concurrents et à attirer vos futurs clients. “Si vous proposez exactement la même prestation que vos concurrents, le seul critère de différenciation restera le prix. Il y a donc peu de chances que vous parveniez à en vivre correctement”, signale Jean-Claude Lemoine, directeur de l’Institut de l’entrepreunariat à Grenoble École de Management. Deux pizzérias sont déjà implantées dans votre rue, inutile de songer à en ouvrir une troisième.

 

L’innovation, un risque en plus

En revanche, avoir l’idée du siècle n’est pas la condition sine qua non pour créer son entreprise. Des petites activités peuvent très bien s’imposer pourvu qu’elles apportent une réelle valeur ajoutée sur le marché. “Les entrepreneurs doivent chercher des solutions pour améliorer un service déjà existant ou le proposer de façon différente pour rendre unique leur projet. Cela peut passer par des horaires d’ouverture, une qualité d’accueil, des modes de distribution plus adaptés aux tendances de consommation. Avec ce petit plus, les clients se déporteront sur leur enseigne”, explique Catherine Léger-Jarniou, responsable du Master entrepreunariat et projets innovants à l’université Paris-Dauphine. Une entrepreneuse a révolutionné le toilettage canin en aménagant son salon dans un camion itinérant, un boulanger s’est démarqué dans son quartier en vendant toute une gamme de pains sans gluten, un pressing écologique traite les vêtements avec des produits biodégradables. Les exemples sont légion. Mais, attention à ne pas partir dans une course effrénée à l’innovation. Loin d’être un atout, celle-ci représente surtout un risque. “Quand le projet est trop novateur, il faut avoir les reins solides. Les entrepreneurs devront réussir à convaincre les investisseurs du potentiel de leur idée et s’assurer qu’elle soit acceptée par les clients. En 2006, personne n’aurait misé sur le succès de Blablacar. Le covoiturage n’était pas encore ancré dans les habitudes des Français. Les fondateurs étaient trop en avance sur leur marché”, alerte Nathalie Carré, chargée de mission entrepreunariat à CCI France.

 

La Rédaction


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires